Maladie à calicivirus félin : quels sont ses symptômes ?

Quels sont les symptômes du calicivirus félin ?


Le calicivirus félin chez le chat est une maladie causée par de nombreuses souches de virus appelées calicivirus. Cette infection se produira après qu’un chat infecté a été exposé à un autre chat qui n’y a pas été exposé par l’environnement ou autrement. Le virus responsable de cela sera éliminé principalement par les sécrétions orales, oculaires et nasales.

La fréquence de ces derniers varie selon le nombre de chats vivant ensemble et leur mode de vie. Les personnes qui sortent beaucoup sont plus sensibles. Typiquement, les formes typiques de la maladie (orale et respiratoire) sont plus bénignes chez les chats adultes vaccinés et plus sévères chez les chatons non vaccinés.

Quels sont les signes avant-coureurs de la maladie à calicivirus félin ?


La présentation clinique de cette maladie est très particulière. A noter qu’il y a :

  • fièvre ;
  • et les ulcères de la bouche ;


Avec des signes conjonctivaux et respiratoires modérés (écoulement nasal, éternuements, écoulement oculaire).
Les ulcères apparaissent généralement sur la langue, mais peuvent également apparaître dans d’autres zones (nez, lèvres et plus rarement, la peau).

Certaines présentations moins courantes existent, telles que:

  • Maladies bucco-dentaires chroniques ;
  • Sinon, boiterie aiguë avec fièvre passagère.

Ces manifestations peuvent n’apparaître que quelques jours après les symptômes typiques de l’infection naturelle, mais peuvent également apparaître après la vaccination, notamment lors d’injections de vaccins vivants modifiés.

Une forme virulente de la calicivirose féline a récemment été décrite, plus fréquente chez les chats adultes vaccinés. Les symptômes cliniques varient considérablement, cependant, la maladie la plus spécifique est l’œdème périphérique, principalement dans les extrémités et la tête, et la fièvre, en plus des lésions ulcéreuses des coussinets plantaires et de la peau.

Certains chats peuvent développer une jaunisse, des symptômes respiratoires assez sévères et des troubles de la coagulation, se manifestant par :

  • ecchymoses;
  • pétéchies;
  • et des saignements.


Existe-t-il un remède contre la maladie à calicivirus chez le chat ?


À ce jour, il n’existe aucun traitement antiviral disponible pour lutter contre la maladie à calicivirus chez le chat. Le traitement qui suit est spécifiquement conçu pour soutenir le corps pendant la période d’incubation afin d’aider le système immunitaire.

Vous devez veiller à assurer un équilibre électrolytique et une hydratation adéquats, en utilisant des infusions si nécessaire. Il est également important de faire attention à l’hygiène respiratoire (nettoyage des yeux, de la bouche et des sécrétions nasales avec une solution saline).

Certains chats peuvent arrêter de manger à cause de la douleur ou de la fièvre de l’ulcère ou de la perte d’odorat. Selon la gravité de l’affection, il peut être nécessaire de nourrir le chat le plus tôt possible, soit en plaçant une sonde d’alimentation, soit en lui administrant certains stimulants de l’appétit.

Tout aussi important est :

  • Traitements anti-inflammatoires pour soulager la douleur;
  • En complément d’un traitement antibiotique adapté ;
  • Les anesthésiques locaux peuvent également être utilisés sur les plaies buccales pour soulager la douleur.


Faut-il vacciner son chat contre le calicivirus félin ?


En raison de l’incidence assez élevée de la maladie à calicivirus chez les chats, la vaccination systémique de tous les chats, même ceux qui ne sont pas à l’extérieur, est fortement recommandée.

Les premiers vaccins des chatons sont administrés à l’âge de 2 mois et les rappels doivent être administrés 2 à 4 semaines plus tard. Les anticorps maternels peuvent interférer avec le vaccin, c’est pourquoi une troisième vaccination à 16 semaines est recommandée dans les communautés à haut risque.

Pour les chats adultes normalement vaccinés, 2 injections sont nécessaires, à 2 à 4 semaines d’intervalle. La fréquence des vaccins de rappel variera en fonction de l’état de chaque chat. Par la suite, les chats qui vivent à l’intérieur et n’ont aucun contact avec des chats à l’extérieur doivent être vaccinés tous les 2 à 3 ans.

Un renforcement annuel est recommandé pour les chats d’extérieur ou pour les contacts répétés avec d’autres chats. Il convient de noter que la plupart des vaccins n’offrent pas de protection contre toutes les souches vaccinales. En effet, certains chats, même vaccinés, peuvent être touchés par la maladie à calicivirus.

Laisser un commentaire